Research

Q-Life, entretien de Bruno Goud

Le
Bruno Goud de Q-Life à l'Institut Curie

Longtemps science de l’observation, la Biologie se transforme progressivement en science prédictive sous l’impulsion des méthodes quantivatives d’études des systèmes vivants. L’Institut de Convergence Q-Life, coordonné par Bruno Goud, directeur de l'Unité compartimentation et dynamique cellulaires à l'Institut Curie (UMR 144), a pour mission de renforcer et développer cette recherche biologique « aux interfaces ». Interview.

 

Q-Life vient d’être labellisé Institut de Convergence. Quel est son domaine de recherche ?

Bruno Goud : Longtemps science de l’observation, la Biologie se transforme progressivement en science prédictive grâce au développement de méthodes quantitatives d’études des systèmes vivants. Ces approches sont issues en particulier de la physique statistique, de la mécanique des fluides et des mathématiques et sont appliquées à toutes les échelles du vivant, de la molécule à celle de l’organisme et de populations d’organismes en passant par la cellule. Elles permettent aux chercheurs de construire et de développer des modèles capables de prédire le fonctionnement des systèmes biologiques. La mission de l’Institut de Convergence « Q-Life », qui rassemble plus de 70 équipes de différents établissements de PSL (avec comme objectif à terme de rassembler une centaine d’équipes) est de renforcer et développer cette recherche biologique aux « interfaces ».

L'ambition de Q-Life est de devenir un leader mondial de la recherche, de l’enseignement et de l’innovation en biologie quantitative à toutes les échelles du vivant, au même titre par exemple que l’Institut Bio-X de l’Université de Stanford.

Comment selon vous, les recherches portées par Q-Life vont-elles permettre des avancées sociétales, des applications médicales ?

Bruno Goud : La Biologie quantitative a profondément modifié notre compréhension du fonctionnement du Vivant. Les systèmes biologiques ne sont plus maintenant considérés comme un simple assemblage de parties moléculaires mais comme des entités extrêmement dynamiques avec une organisation spatio-temporelle essentielle à leurs fonctions et étroitement associées à l’environnement physique et chimique dans lequel elles opèrent. L’essor de la Biologie quantitative a été rendue possible par des collaborations étroites entre des biologistes, des physiciens, des chimistes, des bio-informaticiens, des ingénieurs et des mathématiciens. Mais les défis restent immenses avant qu’on puisse par exemple comprendre, modéliser et prédire la santé humaine, développer des approches agronomiques plus raisonnées ou imaginer de nouvelles sources d’énergies renouvelables.

Comment va s’organiser l’inter-disciplinarité au sein de Q-Life pour être porteuse d’innovation scientifique ?

Bruno Goud : Q-Life s’appuie sur une concentration unique au monde d’équipes de haut niveau composées de chercheurs de différentes disciplines (physiciens, chimistes, mathématiciens, informaticiens, etc) intéressés par des questions biologiques. Son ambition est de devenir un leader mondial de la recherche, de l’enseignement et de l’innovation en biologie quantitative à toutes les échelles du vivant, au même titre par exemple que l’Institut Bio-X de l’Université de Stanford.
Ses trois missions principales seront de :
-Financer par différents programmes des projets interdisciplinaires à haut-risque.
-Former les leaders de demain en biologie quantitative, à travers en particulier la création de masters interdisciplinaires permettant de former une nouvelle génération d’étudiants capables de mener des recherches aux interfaces.
-Favoriser et accélérer le transfert de technologies issues des projets à haut potentiel de valorisation.

Quels moyens le dispositif Institut de Convergence vous donne-t-il et sur combien d’années ?

Bruno Goud : Le projet Q-Life bénéficiera de 10 millions d’euros sur 10 ans.
 

A propos de Q-Life

Labellisé Institut de Convergence dans le cadre du PIA3, le programme de recherche Q-Life est l'un des Grands Programmes PSL. Coordonné par Bruno Goud (CNRS - Institut Curie) Q-Life fédère 11 établissements et organismes de recherche membres ou partenaires de PSL (le Collège de France, l’École normale supérieure, l’Institut Curie, MINES ParisTech, Chimie ParisTech, l’ESPCI Paris, l’Institut Pasteur, l’IBPC, le CNRS, l'Inserm et l’Inria), 6 Labex et 2 Equipex (CelTisPhyBio, DCBiol, Deep, Memolife, Wifi, IPGG, Ultrabrain, IPGG)